Damas pimp ma fattouch

22 Feb

Ça faisait longtemps que Damas figurait dans le haut de ma liste de restos à visiter. Très longtemps! Mais puisque j’ai découvert ce resto syrien l’été dernier et que sa cuisine est plutôt riche, j’ai attendu, intriguée par les critiques, billets de blogues et commentaires d’amis qui décrivaient des plats hyper savoureux, réconfortants et raffinés. La cuisine syrienne s’apparente à celle du Liban ou de la Turquie. On y retrouve des mezzes (petits plats et tartinades à partager en entrée), de la fattouch, beaucoup d’agneau, des aubergines, du yogourt, des pistaches, des fruits de mer et j’en passe.
Damas “pimp” ma fattouch.

Nous voilà maintenant en février, le mois que j’appelle le « purgatoire des saisons ». Le soleil se fait encore attendre et, malgré un certain réchauffement, la belle neige blanche et scintillante a cédé sa place à la gadoue… C’est le temps parfait pour se remonter le moral en se régalant de plats goûteux, mijotés ou en sauce. J’en ai donc profité pour demander à ma tante, une épicurienne qui a un faible pour la cuisine libanaise, de m’accompagner chez Damas à l’occasion de son anniversaire il ya deux semaines.

Côté décor, on retrouve un beau mélange d’exotisme et de modernité chez Damas. Les luminaires et l’imprimé des banquettes évoquent un monde lointain et créent une atmosphère chaleureuse, alors que les chaises blanches et les grandes fenêtres apportent une touche de fraîcheur et laissent « respirer » l’espace. Assez convivial pour y aller en famille (pour mes amies mamans – j’y ai vu des enfants!), mais également bien pour un souper décontracté entre amis.

Au moment de choisir nos plats, nous nous sommes laissé tenter par un assortiment de trois mezzes, une salade fattouch et un fatta, décrit dans le menu comme une « spécialité de Damas ». Prenez note : toutes les assiettes sont gargantuesques, donc pensez partager. C’est bon pour la ligne et le porte-monnaie :-).

D’abord les mezzes. Nous avons choisi les feuilles de vignes farcies, la mouhammara – une tartinade à base de piments rouges et de sirop de pomme grenade, et le kibbé nayyé – un tartare de bœuf réduit en purée lisse à laquelle on a ajouté du boulgour.

De gauche à droite : feuilles de vigne farcies à l’huile d’olive et grenadine, kibbé nayyé et mouhammara.

Alors que les feuilles de vigne étaient bien mais sans plus, le kibbé nayyé fut une révélation! La description n’était pas particulièrement attrayante et je ne l’aurais probablement pas commandé si je n’avais pas vu le billet de Mayssam sur Will Travel For Food. Quel délice! La texture est onctueuse et le goût ressemble à ceux de nos tartares classiques, quoique le côté viande crue est adouci par le boulgour. Un must. Quant à la mouhammara, je suis une fervente amatrice de cette tartinade depuis que je l’ai découverte chez Avesta et que je m’en suis bourrée la binette lors de mon voyage en Turquie en Septembre 2010. J’ai été surprise de constater que celle de Damas est épicée alors que je n’avais goûté qu’à des versions douces et un peu sucrées.

En ce qui concerne la fattouch, c’est sans contredit la meilleure que je n’ai jamais mangée. Rehaussée de pistaches, de menthe et de sirop de grenade, la version de Damas (voir plus haut) est franchement “pimpée”. Nous l’avons dévorée.

Fattet makdous, une spécialité Damas.

Et maintenant, le plat de résistance : le fattet makdous. Il s’agit d’une variante du fatta, soit un plat étagé à base de sauce au yogourt et tahini, pita frit, pistaches, noix de pin, fines herbes et beurre clarifié, qui comprend également des aubergines frites et farcies à l’agneau… Au diable la diète et les bonnes résolutions! Mais je n’ai aucun regret. C’était une explosion de saveurs à chaque bouchée qui nous rendait incapables de déposer nos fourchettes, malgré nos panses bien pleines.

En arrivant chez Damas, j’avais la ferme intention de me rendre au dessert. Mais hélas… J’ai dû y renoncer étant donné la taille du plat principal. Ce n’est que partie remise, d’autant plus que je me suis promis de goûter un jour aux crevettes géantes sauvages de la côte du Sénégal que j’ai aperçues à la table d’à côté. Amateurs de fruits de mer, je vous garantis tout un « wow! » à la vue de cette assiette.

On récapitule
Les + : La cuisine exotique, réconfortante et tellement goûteuse.
Les – : Honnêtement, je me gratte la tête, mais je n’en trouve pas…
On y va pour : Être dépaysé, essayer une nouvelle cuisine et s’élargir les horizons.
Le coût : Moyen. 21 $ pour l’assortiment de 3 mezzes, 13 $ pour la salade fattouch et 24 $ pour le fatta qu’on peut facilement partager à deux ou même trois.
J’y retourne : Dès que possible pour un festin de fruits de mer.

www.restaurant-damas.com
Page Facebook de Damas

Damas Cuisine Syrienne on Urbanspoon

About these ads

2 Responses to “Damas pimp ma fattouch”

  1. mayssam @ Will Travel for Food February 23, 2012 at 2:12 pm #

    Great post! I love Damas and am never disappointed when I go there. Oh and thanks for linking back to me! ;)

    • Jess February 26, 2012 at 2:07 pm #

      Thanks for inspiring me to go! Loved my experience. And you’re very welcome for the link.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 79 other followers

%d bloggers like this: